user_mobilelogo

Inscriptions à la Newsletter

Margaret Dickason-Clar, Consultante en lactation certifiée IBCLC

Consultations dans les Yvelines (78) et dans les Hauts de Seine (92)

 

Pour plus d'informations sur notre Politique de Confidentialité, veuillez cliquer sur le lien suivant : Politique de confidentialité

Vrai ou Faux ?

Garder le bébé sur un seul sein par tétée

permet qu’il accède au lait gras de fin de tétée

 

 

margaret dickason clar newsletter lait gras vrai fauxLes mères font souvent appel à moi pour les accompagner quand leur bébé ne prend pas suffisamment de poids au sein.

Lorsque j’échange avec celles-ci, j’entends fréquemment qu’elles gardent leurs bébés sur un seul sein par tétée parce qu’elles ont lu, ou on leur a dit, que garder le bébé sur un sein par tétée permet à celui-ci d’accéder au lait gras « de fin de tétée », ce qui l’aidera à prendre du poids. Je vous propose d’explorer cette recommandation et son intérêt pour la mère et le bébé.


Les études confirment bien que plus une tétée progresse, plus le lait devient gras1. En effet, les globules de gras dans le lait ont tendance à s’agglutiner sur les parois des canaux lactifères. C’est donc quand le bébé se met à téter que le mouvement du lait dans les canaux entraîne ce gras. C’est probablement un peu comme quand on ouvre un robinet d’eau chaude2 : l’eau froide arrive d’abord et entraîne l’arrivée de l’eau chaude peu après.

En réalité, il est impossible de déterminer un moment précis pendant la tétée où le lait devient plus gras. De plus, les études montrent que le pourcentage de gras dans les seins varie beaucoup selon le moment de la journée, le sein utilisé, la fréquence des tétées et selon les mères3. Bien qu’il existe certaines situations où il est tout à fait approprié de garder un bébé sur un seul sein par tétée, en général, et surtout les premières semaines, cela pourrait entraîner une faible prise de poids. En effet, les bébés prennent du poids en fonction du volume de lait total qu’ils boivent sur 24 heures et non uniquement en fonction de la quantité de gras qu’ils consomment4.


Pour cette raison, il peut être intéressant de proposer en alternance les deux seins à chaque tétée pour permettre au bébé de faire le plein de lait afin qu’il prenne du poids. Les mères ont donc tout intérêt à rester dans l’observation de leurs bébés pour savoir à quel moment alterner : quand le bébé tète un premier sein puis, au bout d’un moment, s’agite, se met à pleurer ou même s’endort, le moment est propice pour proposer l’autre sein. Le changement de position et la nouvelle prise de sein vont l’inciter à téter de nouveau et vont, par la suite, stimuler la production de lait en vidant le sein. Une étude a même trouvé qu’un réflexe d’éjection de lait (l’expulsion de lait par le sein dans la bouche du bébé peu de temps après que le bébé se met à téter) peut transférer jusqu’à 45% du lait disponible dans le sein5 !


Finalement, le lait est bénéfique et nourrissant pour le bébé à chaque moment de la tétée. Ainsi, c’est surtout le volume de lait total plutôt que sa teneur en gras en fin de tétée qui contribuera à une bonne prise de poids.

 

© 2019 Margaret Dickason-Clar, Consultante en lactation IBCLC
Édité par Julie Clar

 

Références

1. Mitoulas LR, Kent JC, Cox D, Owens R, Sherriff J, Hartmann P. Variation in fat, lactose and protein in human milk over 24h and throughout the first year of lactation. British Journal of Nutrition. 2002; 88 : 29-37.
2. Carol Smyth, Consultante en lactation IBCLC.
3. Kent JC, Mitoulas LR, Cregan MD, Ramsay DT. Volume and frequency of breastfeeds and fat content of breastmilk throughout the day. Pediatrics. Mars 2006; 117 (3) : 394.
4. Mitoulas L, Kent JC, Cox D, Owens R, Sherriff J, Hartmann P. Variation in fat, lactose and protein in human milk over 24h and throughout the first year of lactation. British Journal of Nutrition. 2002; 88 : 29-37.
5. Ramsay et al. Milk flow rates can be used to identify and investigate milk ejection in women expressing breastmilk using an electric pump. Breastfeeding Medicine. Mars 2006; 1(1) : 14-23.