user_mobilelogo

Inscriptions à la Newsletter

Margaret Dickason-Clar, Consultante en lactation certifiée IBCLC

Consultations dans les Yvelines (78) et dans les Hauts de Seine (92)

 

Pour plus d'informations sur notre Politique de Confidentialité, veuillez cliquer sur le lien suivant : Politique de confidentialité

Mieux cerner « l’allaitement aux signes d’éveil » 

 

margaret dickason clar newsletter lait gras vrai faux

L’allaitement « aux signes d’éveil » –appelé également l’allaitement « à la demande » - est une façon d’allaiter un bébé lorsque le bébé réclame ou fait signe qu’il voudrait téter. Le terme « l’allaitement aux signes d’éveil » a vu le jour pour contrer les injonctions données aux mères d’allaiter leurs bébés à horaires fixes. Il se veut plus respectueux des rythmes du bébé, différents selon chacun. Seulement, voilà, ce terme peut porter confusion dans plusieurs cas de figure.

Il sera important de rester vigilant les premières semaines et veiller à ce que votre bébé montre des signes d’éveil1 assez souvent pour avoir un apport suffisant de lait. Pour diverses raisons (prématurité, naissance un peu avant terme, jaunisse etc.), certains nouveau-nés peuvent être très somnolents les premières semaines de vie, ne pas se réveiller - ou ne pas montrer des signes d’éveil - assez souvent pour téter. Dans ce cas, ils peuvent avoir un apport de lait insuffisant pour bien prendre du poids. Avant d’en arriver là, vous pouvez vous baser sur les repères suivants :

• 8-12 tétées efficaces par 24 heures après la montée de lait.
• 5 à 6 couches (jetables) bien mouillées d’urine et jusqu’à 4-6 semaines un minimum de 3 selles abondantes par 24 heures.
• une reprise du poids de naissance vers le 10ème jour
• une prise de poids minimum de 210g2 par semaine (garçons et filles) les trois premiers mois.

Si le bébé a du mal à se réveiller pour téter ou s’endort très rapidement au sein vous pouvez
• le prendre en peau-à-peau afin de mieux repérer ses phases d’éveil,
• pratiquer la compression mammaire lorsque le bébé commence à s’endormir au sein,
proposer plus d’un sein par tétée.

A l’autre extrême, il m’arrive de rencontrer des mères dont le bébé, toujours allaité selon les signes d’éveil, réclame si souvent qu’elles se sentent épuisées et ont l’impression de subir l’allaitement. Elles me disent que si elles avaient su que l’allaitement allait être si contraignant et si épuisant, elles ne se seraient pas lancées dans cette aventure. Dans ce cas, très souvent, il suffit de revoir un peu la gestion de l’allaitement pour optimiser les tétées :
• peut-on améliorer la prise de sein pour aider le bébé à avoir plus de lait quand il tète ?
• la technique de la compression mammaire, peut-elle aider le bébé à avoir plus de lait pendant la tétée ?
• peut-on proposer les deux seins à chaque tétée pour aider le bébé à avoir plus de lait et se sentir plus repu après les tétées ?

Un autre cas de figure est celui de la mère dont les seins sont très tendus et qui attend avec impatience que son bébé se réveille et tète pour se soulager. C’est probablement un bébé qui se porte très bien mais qui dort un petit peu plus longtemps à un moment donné. Afin de se soulager, la mère a tout intérêt à solliciter son bébé à téter en le prenant dans ses bras. Il suffit souvent de peu pour inciter un bébé à téter. En effet, les bébés ont plus de phases de sommeil léger que profond pendant lesquels ils peuvent facilement prendre le sein.

Les trois cas de figure décrits plus haut ont en commun l’importance que la mère agisse pour retrouver un équilibre. L’allaitement est une danse à deux où chacun dépend de l’autre pour avancer.

L’allaitement aux signes du bébé, oui, mais également aux signes de la mère !

 

© 2019 Margaret Dickason-Clar, Consultante en lactation IBCLC 

 

Références 

1 Le bébé montre les premiers signes qu’il est prêt à téter quand il se met à chercher le sein en tournant sa tête à gauche et à droite, en faisant les points cardinaux et en faisant une extension de la langue. Si on n’est pas disponible pour lui, il s’agitera de plus en plus et finira par pleurer, un signe tardif de la faim.

2 https://www.who.int/childgrowth/fr/