user_mobilelogo

Inscriptions à la Newsletter

Margaret Dickason-Clar, Consultante en lactation certifiée IBCLC

Consultations dans les Yvelines (78) et dans les Hauts de Seine (92)

 

Pour plus d'informations sur notre Politique de Confidentialité, veuillez cliquer sur le lien suivant : Politique de confidentialité

La vitesse de synthèse du lait

 

margaret dickason clar newsletter lait gras vrai faux

 

Comprendre comment les seins fabriquent du lait n’est pas toujours très simple et porte souvent à confusion. Un peu de lumière sur la vitesse de synthèse du lait, pourra, j’espère, contribuer à une gestion plus sereine de l’allaitement.

La production de lait

Pendant les premières semaines de vie du bébé, les mères profitent de deux mécanismes de production de lait qui fonctionnent de concert : le contrôle hormonal et le contrôle local (ou endocrine et autocrine pour les puristes). Après 4 à 6 semaines ces deux mécanismes continuent à travailler ensemble, mais c’est plutôt le contrôle local qui prend le dessus.

Le contrôle hormonal

Des niveaux élevés de deux hormones, la prolactine et l’ocytocine, participent à la mise en place de la lactation. Ils continuent à jouer un rôle tout au long de la lactation.

Le contrôle local :

Quand le bébé tète et vide le lait du sein, la production de lait s’accélère. En effet, le lait contient un composant appelé le FIL1. Ce composant est secrété dans le lait et, quand il s’y accumule, il ralentit la vitesse de synthèse de lait. Lorsque le bébé draine les seins efficacement, le FIL s’évacue avec le lait, et la production se remet en marche.

Mais concrètement, au jour le jour, comment cela se passe-t-il ?

« Mes seins sont très remplis de lait. Je vais, donc, espacer plus les tétées pour ne pas trop stimuler ma production de lait » : Beaucoup de mères pensent que quand les seins sont très pleins et tendus, voire engorgés, cela constitue une preuve d’une production de lait abondante. Cette sensation de plénitude est trompeuse et pas fiable pour évaluer le volume de lait produit. Dans cette situation, à cause de la présence en grande quantité du FIL, c’est, paradoxalement, le moment où les seins produisent le moins de lait. Dans les heures qui suivent un engorgement important, une mère produira souvent moins de lait pour son bébé, puisque la vitesse de synthèse du lait était ralentie. Pour faire remonter la production de lait, il suffit de faire téter le bébé plus souvent pour évacuer le FIL. Il est donc toujours important de drainer les seins régulièrement afin d’entretenir une vitesse de synthèse du lait optimale.

« J’espace les tétées pour laisser le temps aux seins de se remplir de lait. » : Cette approche diminuera en fait la vitesse de synthèse du lait et mènera, par la suite, à une baisse du volume de lait disponible pour le bébé. Il n’est donc pas nécessaire d’attendre que les seins « se remplissent » de lait. Plus le bébé drainera efficacement et souvent les seins, plus la mère produira du lait en volume : « La vitesse de synthèse du lait est à son maximum quand le sein en contient le moins.»2

Pour avoir un volume de lait suffisant pour votre bébé, fiez-vous plus aux drainages efficaces et réguliers qu’à la sensation de plénitude des seins. Ceci permettra une vitesse de synthèse du lait adaptée.

 

© 2020 Margaret Dickason-Clar, Consultante en lactation IBCLC 

 

Références 

1 Inhibiteur rétroactif de la lactation (Feedback Inhibitor of Lactation)

2 Beaudry M, Chiasson S, Lauzière J.Biologie de l’allaitement. Presses de l’Université du Québec ; 2006. p.83.