user_mobilelogo

Un allaitement mixte réussi après un démarrage compliqué

 

« En rentrant de la maternité, j'étais épuisée; pas par l'accouchement en lui-même mais par le séjour à la maternité: n'arrivant pas à allaiter, on avait mis à ma disposition un tire lait qu'il fallait que j'utilise toutes les deux heures nuits et jours + le manque de sommeil car à la maternité on ne se repose pas; je savais pertinemment que si j'avais enfin réussi à sortir de l'hôpital avec ma fille c'était parce que je l'avais "gavée" d'eau et de lait pour qu'elle prenne du poids mais que mon problème d'allaitement n'était absolument pas solutionné. Si je me suis tournée vers une consultante en lactation c'est parce je ne trouvais personne qui pouvait réellement m'aider à reprendre allaitement. Avant l'accouchement : quand je posais des questions à ma famille sur l'allaitement, on me répondait qu'il fallait que j'arrête de me poser trop de questions car l'allaitement est naturel. Et je sentais une pointe d'agacement si j'insistais mêlée avec leur envie de me rassurer. Après accouchement, je n'ai pas été non plus écoutée par le personnel soignant; j'étais épuisée, j'avais les tétons qui saignaient à cause des crevasses, j'étais démoralisée, j'en pleurais; j'étais perdue, je me sentais seule et j'avais l'impression d'être incapable de m'occuper de mon bébé; car c'est ce que le monde attend d'une mère : savoir nourrir son enfant. Tout repose sur nos épaules, pas celle du père mais seulement sur les épaules de la mère.

J'ai fait appelle à Mme DICKASON CLAR. C'était mon dernier recours (après la maternité, la sage sage-femme, la famille, la PMI et internet) avant d'abandonner mon envie d'allaiter surtout quand tout mon entourage m'invitait à donner le biberon. J'ai enfin été écoutée. Avant de vouloir me conseiller, elle m'a posé beaucoup de questions. J'ai reçu des conseils personnalisés sans que ma situation soit comparée ou jugée. J'ai non seulement été écoutée mais entendue. Nous avons tout repris à zéro et j'ai eu droit à des démonstrations. Ce qui m'a surtout aidé c'est qu'elle a regardé comment j'allaitais et a rectifié ce que je faisais mal. Elle a été claire sur les difficultés qui m'attendaient et sur ce que je devais faire pour arriver à allaiter; mais surtout prévenu que si je n'y arrivais pas, je pouvais être satisfaite de moi car j'aurais fait mon possible pour y arriver. J'ai suivi ses conseils, j'ai pris Rdv une nouvelle fois avec elle pour revoir une seconde fois les positions pour allaiter. Je l'ai aussi questionné par mail et tenue informée de mes progrès ou de ma démotivation. Elle a été réactive, à l'écoute, patiente et pédagogue.

Le chemin a été long et j'ai eu plusieurs fois envie de tout abandonner surtout quand l'entourage se retire du processus car pour lui c'est de l'acharnement et qu'il ne comprend pas l'envie d'allaiter car il pourrait aider avec le biberon, que les résultats se font attendre, et que vous savez que vous devez reprendre le travail dans quelques semaines. Je me suis souvent dit à quoi bon.
Aujourd'hui j'ai arrêté le tire-lait et j'allaite ma fille. Pas totalement car le démarrage a été loupé mais en mixte car je dois compléter avec du lait en poudre.
J'ai pu prendre 1 mois en plus avant de reprendre le travail et je prends plaisir à allaiter. C'est un sentiment indescriptible et je ne regrette pas d'avoir tenu bon malgré les nuits blanches au tire-lait pendant des semaines et le sentiment de solitude de partir seule en croisade. Si Margaret n'avait pas été là et peut-être si j'étais tombée sur une autre consultante, j'aurais abandonné. C'est évident.
Merci Margaret ! »

Cyliane, maman de Cassandre

 

 

 

 

Contactez-moi

Margaret Dickason-Clar, Consultante en lactation certifiée IBCLC

Consultations dans les Yvelines (78) et dans les Hauts de Seine (92)

 

En Savoir Plus